AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nouvelle version ! on attend vos avis ici ☺️

Partagez | 
 

 alfama, alfamília

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Etta Soares
avatar
INSCRIT(E) LE : 29/06/2014
MESSAGES : 25
AVATAR : kenza zouiten
PSEUDO/PRENOM : sibelius

MessageSujet: alfama, alfamília   Mar 8 Juil - 18:58


alfama, alfamília
Tu n'as plus rien dans mon frigo. Tu l'as promis à ma soeur, tu dois la voir. Tu n'as pas vu mes parents depuis deux semaines. Tant de raison qui font que tu te diriges vers Alfama, le quartier où tu as grandis. Tu rentres de Berlin, t'as mixé dans un festival. La musique, c'est toute ta vie." ne dis rien aux parents. j'arrive dans 10-15 minutes " Tu ranges ton téléphone dans ta poche et tu te balades. Tu te remémore ta jeunesse. Les petites ruelles sont toujours aussi animés, les touristes, les habitants, les enfants qui jouent aux foot, les grands-pères qui jouent aux cartes. Quel beau tableau cliché. Tu poursuis ton chemin dans des ruelles plus basses, là où les touristes ne s'aventurent plus, là où tu te sens comme dans ton pays d'origine. La communauté brésilienne est fortement représenté ici. Un petit bout du Brésil par ici. Les voix sont plus chantonnantes, tu reconnais cet accent brésilien. Cet accent, toi aussi tu l'as adopté plus léger que tes parents et tes voisins, mais le fait est que comme la plupart des jeunes brésiliens de ce quartier nés au Portugal, tu as conservé cet accent. Tu reconnais des visages familiers, tu leur souris sans t'attarder. Tu t'approches de la maison jaune, c'est ta maison. Tu entends de la musique, c'est Oscar D'Leon. Ca te rend nostalgique.  Tu t'approches et tu pousses la porte d'entrée de la cour. " Mamaaaaaaaaaaan " Une tête apparait à travers la fenêtre. C'est ton père. " Tu te souviens que t'as une famille maintenant, toi !  " Te dit-il d'un air faussement énervé. Il t'embrasse sur le front quand tu passes la porte. " Mais papa, j'étais à Berlin, regarde, cadeau ! " Tu lui tends de la bière. " C'est de la Super Bock ? " Tu ne réponds pas tellement, t'es énervé par sa réaction. " J'étais pas à Porto, j'étais à Berlin ! Je ne vais pas aller à l'étranger pour te ramener de la Super Bock, papa ! " " Dommage, y'a que ça de vrai ! " " Ouais, si tu le dis ! " Tu soupires. Tu voulais lui faire plaisir. Tu lui a ramené de la bière du pays de la bière et lui, il veut son éternelle Super Bock. Cette bière dégueulasse. D'ailleurs, la bière, c'est dégeulasse, tu sais même pas pourquoi tu te prends la tête sur cette problématique. Tu vas te poser sur la table de la cuisine, ta mère est là. Elle ne t'adresse pas la parole. C'est toujours comme ça quand tu disparais. Têtues comme vous êtes, aucune de vous deux ne va débuter le dialogue. Tu la respectes ta mère. Tu l'aimes, mais c'est votre relation, c'est tout, c'est comme ça. " JANAÏNA, viens briser ce silence ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alfama, alfamília   Mer 9 Juil - 14:54



"There's lots of other stuff that makes things bearable, and you don't even have to use a knife."”.



Tu souris. Tu venais de finir pour aujourd'hui. Tu étais fatiguée. Pourtant. Tu étais contente. Tu avais envoyer un message à Etta. Elle t'avais répondu qu'elle allait surement passer voir, toi et ta famille. Ca te rendais joyeuse. Tu aimais les moments en familles, surtout avec Etta. C'était presque ton model. Tu penses tellement. Que tu étais arriver plus vite que tu ne le pensais chez toi. Tu embrasses tes parents. C'est ton rituel. Tu entends ton portable vibrer. ' ne dis rien aux parents. j'arrive dans 10-15 minutes' Tu souris. Tu ne dis rien. Tu préfères aller dans ta chambre. Le temps qu'elle arrive. Tu te recoiffes ou plutôt tu essaies.  Puis tu te dis qu'il fraudrait que tu changes de tenues. Tu as l'air un peu d'une poubelle. C'est ce que tu penses. Une poubelle. Tu commences à entendre du bruit dans la cour. Tu regardes par la fenètre c'est Etta. Aha. Toujours à parler de bières avec ton père. Tu commences à retourner à ce que tu faisais. Tu préfères laisser le temps à Etta d'arriver. De parler. Donc tu prends ce temps libre, pour essayer d'être un peu plus présentable. Etre serveuse te met dans un sal état. Enfin. " JANAÏNA, viens briser ce silence ! "  Tu sors des tes pensées après avoir entendu cette phrase. Tu souris. Tu vas donc à la cuisine. Tu es heureuse. La chaleur familliale dans la cuisine est toujours là. Les bons petits plats, l'odeur qui te rappelles tes racines. « Etta ! Tu es venue au final ! » Dis-tu en la serrant dans tes bras. Tu entendais ton père parler dans sa barbe. « Oh toi et ta bière...Soit heureux que ta fille soit là ! » Tu rigoles tout en t'installant à table. Tu regardes ensuite ta sœur avec le sourire. « Alors c'était bien ? »  Tu savais ce qu'il fallait faire quand il y avait un gros silence. C'était une habitude. Un peu énervante comme habitude. Mais c'était qu'un petit nuage.
Revenir en haut Aller en bas
Etta Soares
avatar
INSCRIT(E) LE : 29/06/2014
MESSAGES : 25
AVATAR : kenza zouiten
PSEUDO/PRENOM : sibelius

MessageSujet: Re: alfama, alfamília   Ven 11 Juil - 14:54

Ta mère se plait à t'ignorer. Tu l'ignores également. C'est vrai, tu aurais pu les appeler, leur envoyer un petit message même si tes parents et la technologie, c'est pas ça. Tu n'as rien fait, mais quand t'es en déplacement, tu détestes contacter ta famille. Ils te posent beaucoup trop de questions, et ils demandent toujours l'impossible. Ta soeur descend, elle a répondu à ta requête. « Ah la voilà, la plus belle ! » Tu t'approches d'elle et tu l'embrasses sur la joue, le front, ses yeux, son cou et même son épaule. Tu l'embêtes, tu la provoques. Ça t'amuse. Vous êtes proches mais vous n'êtes pas du genre câlines, vous n'êtes pas du genre à vous faire des bisous et des câlins pour un oui ou pour un non. « Vous avez quand même pondu des enfants magnifiques, n'est-ce pas ? » Tu t'approches de ta mère, tu ne vas pas lui faire la gueule éternellement et têtue comme elle est, si tu n'y vas pas, elle ne viendra jamais. Tu t'accroches à ses épaules en lui faisant un calin pour l'arrière.«N'est-ce pas ? Et pourtant, c'était pas gagner ? » Tu le dis en plaisantant. Ton père esquisse un sourire, ta soeur et ton frère rigolent et toi aussi, tu rigoles. La seule à ne pas rire, c'est ta mère, mais elle fait semblant, elle te chasse avec le rouleau en bois. « Je rigole, t'es la plus belle. » Oscar d'Leon avec son morceau Lloraras passe à la radio. Ton frère augmente. Tu l'attrapes par la taille et tu te lances dans une salsa avec ta mère. Elle est prof de samba mais elle sait danser toutes les danses qui existent sur le continent sud-américain, la base. T'es admirative. Vous dansez au milieu de la cuisine. C'est un peu typique, ce genre de spectacle chez vous. " Como lo sufrí yo, Oye tú llorarás. Nadie te comprendará, Todo lo malo que hiciste" Tu te met à chanter la chanson et tu attrapes le bras de ton père qui se met à danser avec ta mère. Tu te saisis de ton portable et tu les filme. Ils sont beaux. 26 ans d'amour. De plus en plus rare. Tu les laisse, ils savourent. T'attrape le bras de ta soeur et tu vas te poser au salon. « T'as des choses à me dire, toi non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: alfama, alfamília   

Revenir en haut Aller en bas
 

alfama, alfamília

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LISBONNE :: ALFAMA :: les logements-