AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nouvelle version ! on attend vos avis ici ☺️

Partagez | 
 

 les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandy Vale
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 113

AVATAR : TOMMY.
PSEUDO/PRENOM : 21, BITCH.

MessageSujet: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Dim 29 Juin - 22:27

Quelques notes de musique arrachées à une guitare mélangées au bruit des vagues. Des rires enfantins et des sourires lumineux.
Le décor est parfait, ce soir, pour se noyer dans l'alcool. J'ai la gorge qui brûle alors que je marche ridiculement dans le sable. J'ai l'impression d'être sur un bateau perdu en mer. Et lorsque je tourne les yeux vers l'horizon, je ne suis pas le seul à me perdre vers le large. Il y a la lune, là, tout au fond.
Au fond de l'eau.
Au fond du sable.
Bientôt enfoncée avec les coquillages.
P't'être qu'elle en marre de flotter dans ce vide infini. Alors, elle a profité que personne la regarde pour tomber. Boum, on peut plus rien pour sa lumière. (comme on peut plus rien pour moi). C'est con.
Je me perds dans la foule, sourcils froncés. Mes yeux trébuchent sur Eileen comme je trébuche sur ma colère. Ca la réveille et je sursaute, à entendre mon cœur battre vivement.
Merde.
C'est Eileen, ou la dernière personne que j'ai envie de voir ce soir. Fin non, la dernière personne que j'ai envie de voir, tout court. Mais c'est trop tard maintenant, elle m'a vu. Nos pupilles se sont croisées même si je fais mine de rien. C'est débile.
On va encore se ridiculiser devant tout le monde.
Alors ?
Je la bouscule, sans la regarder. Je sais qu'elle va hurler et avoir envie de me détruire. Ça tombe bien, moi aussi, j'ai envie de la briser. De poser mes doigts contre sa peau pour y laisser des traces.
Mes traces.
J'avance encore de quelques pas, dans l'obscurité, comme pour lui donner l'autorisation de me suivre et m'en foutre plein la gueule.
C'est tout ce que j'attends, au fond, depuis notre nuit. Deux semaines, c'est long comme attente.
Un bout d'éternité, j'dirais.
Pourtant, là, j'ai juste envie de disparaître. Je ferme ma gueule et j'attends, dos à elle, un peu à l'écart du monde mais pas trop.
On sait jamais, que ça tourne trop mal.

_________________


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen-Lys Ayres
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 325

AVATAR : Phoebe Tonkin
PSEUDO/PRENOM : Nibs ≈ Maëva

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Dim 29 Juin - 23:24

Je suis faible, encore. Toujours ailleurs, ici et la-bas mais jamais mon cul chez moi. Je ne me pose pas, je suis pas de ce genre-là. Je l'entends, cette douce mélodie qui s'élève dans les airs et danse avec le vent. Je les vois, ces gens qui sont venu chercher du réconfort sous la lumière brillante de la sainte lune. Je m'avance vers ce groupe près d'un grand feu, ouais parce que j'ai besoin de faire comme eux et d'avoir un peu de chaleur, qui ne vient pour une fois pas d'un autre corps. Je me laisse tomber sur le sable fin et froid de la plage. Je frissonne. J'ai soif, bordel. Mes doigts se saisissent d'une bouteille, j'ai pas vraiment idée de ce qu'elle contient mais je sais que le liquide qui coulera dans ma gorge me brûlera, me fera un bien fou. C'est le cas, une gorgée, puis une deuxième. Je me sens mieux, plus sereine à présent mais je me sens étrangement seule. Terriblement seule. Je me relève doucement parce que j'ai pas envie de me froisser un muscle, ouais je sais je suis jeune. Je me demande ce que je peux bien faire ici, finalement et je m'agace toute seule à penser ce genre de chose parce que c'est pas moi. Faut que je me reprenne, parce que je me foutrais des baffes. Et puis, mon regard percute le sien ou c'est le sien qui percute le mien. Mon cerveau tourne sur lui-même et je boue de l'intérieur, je me sens comme une cocotte minute. C'est moche comme comparaison. Il me bouscule et je me pince la lèvre, je veux l'buté mais lentement, avec passion parce que je sais que même lui il apprécierait que je le fasse. « J'ai l'impression de voir un fantôme. Un connard de fantôme. J'ai pas bu, pourtant. » Ouais je suis sarcastique et ma voix n'est pas douce ni mielleuse. J'ai pas envie de rire mais malgré ça j'ai un petit sourire qui se dessine sur mes lèvres, parce qu'il m'est agréable de voir sa gueule bien qu'il soit de dos. J'allume une cigarette, parce que j'en est besoin là tout de suite et je la glisse entre mes lèvres avant de saisir le bras de Sandy. Mes ongles agrippent sa peau et je pénètre sa chair et ça me soulage, un peu. Je tire sur ma clope et je laisse mes poumons pourrir un peu plus. « C'est dingue, Sandy. J'ai envie de t'arracher la gueule. T'as pas une idée de la raison ? »


Dernière édition par Eileen-Lys Ayres le Mar 1 Juil - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandy Vale
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 113

AVATAR : TOMMY.
PSEUDO/PRENOM : 21, BITCH.

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Dim 29 Juin - 23:55

Je suis de dos, ça me laisse de quoi sourire et me concentrer uniquement sur sa voix. Parce que si je me retourne je sais que je vais la regarder et que les traits de son visage feront des interférences.
C'est toujours comme ça avec elle, de toute façon.
Je sais pas si c'est sa façon de sourire ou seulement son regard mais elle est très forte, Eileen.
Plus forte que les autres filles, en tous cas.
Les mots quittent sa bouche, venin mélangé à l'alcool.
On est tous un peu saouls ici. Et si c'est pas le cas, ça ne devrait pas tarder.
« J'ai l'impression de voir un fantôme. Un connard de fantôme. J'ai pas bu, pourtant. »
Je ferme les yeux et serre la mâchoire. J'essaie de ne pas me laisser submerger par toutes ces conneries.
Ses doigts se serrent sur mon bras et je grogne. Je sens ses ongles s'enfoncer dans ma peau comme si elle lui appartenait. Rien que là, j'hésite à me retourner pour la frapper. Bien fort. Qu'importe si les autres nous regardent.
Qu'importe si des connards tentent de nous séparer et me cassent la gueule.
« C'est dingue, Sandy. J'ai envie de t'arracher la gueule. T'as pas une idée de la raison ? »
Je me tourne vers elle et la regarde de haut. J'essaie de me donner un peu de consistance parce que ces derniers temps j'ai l'impression d'être du vide.
Un gros vide.
Un moins que rien.
Et puis ce bruit de vagues qui devient insupportable. J'attrape fermement son poignet pour l'obliger à me lâcher et m'approche d'elle. Voilà, on y est.
C'est ici qu'aura lieu la confrontation, l'ultime joute verbale.
Je la regarde.
Je vais la tuer.
Mes lèvres s'approchent des siennes que j'effleure sans réellement les toucher.
ce doit être parce que tu es saoule. l'alcool te rend conne, tu le sais pourtant.
La pression se fait plus forte sur son poignet. J'aimerais sentir ses os se broyer sous mes phalanges.
lâche-moi maintenant, t'es pathétique.
Elle ? pathétique ? Et moi alors ?
Je la lâche et me recule de quelques pas.  J'avais raison tout à l'heure, je n'aurais pas du la regarder.

_________________


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen-Lys Ayres
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 325

AVATAR : Phoebe Tonkin
PSEUDO/PRENOM : Nibs ≈ Maëva

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Lun 30 Juin - 0:49


Je le possède, du moins c'est l'effet que j'ai après avoir planté mes ongles dans sa peau si douce. Je l'énerve, je gagne. Il sait que je suis forte à ce jeu, parce qu'il n'y jouerait pas si ce n'était pas le cas. Il me fait face et son regard me parcourt, j'en frissonne presque. Je sens sa main qui emprisonne mon poignet et il tente de me faire mal, je sais qu'il le désire mais il se retiens encore un peu. Mes yeux se plantent dans les siens et je me laisserai presque m'y noyer, mais pas tout de suite. Son souffle caresse mes lèvres, il se faufile entre elles.
« ce doit être parce que tu es saoule. l'alcool te rend conne, tu le sais pourtant. »Je souris. Je n'en attendais pas moins de lui et c'est sans doute ce que j'aime chez lui, le peu que j'aime chez lui ouais. Je sens sa main qui me brûle le poignet et il resserre son étreinte sur celui-ci. Je grimace, un peu mais je tire sur ma cigarette à ce même-moment. La fumée qui s'échappe de mes lèvres, se fracasse sur son joli minois. Bordel, je lui écraserai bien en plein milieu du front. « lâche-moi maintenant, t'es pathétique. » J'avais envie de rire, nerveusement sans doute. Nous étions pathétique, mais lui encore plus. Deux semaines que j'avais pas revu son petit cul, deux semaines qu'on avait passé une nuit différente des précédentes. Quel homme ! « Te fous pas de moi. T'es qu'une merde. » Je me trouve plutôt douce pour le coup, ça ne claque pas assez fort à mon goût. Il est en sursit, je sais qu'il attend que je le détruise parce qu'il sera le premier à répliquer et bien plus fort encore. Je détourne le regard vers l'étendu d'eau qui se dresse non loin de nous, je termine le petit bâtonnet emplis de cochonnerie et qui bousille mon intérieur avec tout le reste. J'ai l'impression d'être à court, ces deux semaines ne m'ont pas été bénéfique. Qu'il se rassure, voir sa gueule va me faire rebondir, qu'il se rassure je n'en ai pas terminé avec lui. Nous y passerons la nuit. « Je suis sur de t'avoir manqué.  » Je ne prends pas le temps de poser mes yeux sur lui, il ne le mérite pas. Ouais c'est pas un privilège mais c'est tout comme. Il m'insupporte ou peut-être est-ce le fait de m'avoir ignoré de cette manière. Sans doute. Je ne vais pas me l'avouer maintenant, pas ici en tout cas. La réponse de Sandy je la connaissait déjà, mais je voulais l'entendre, entendre le son de sa voix qui m'insulte et qui s'indigne. Je souris.






Dernière édition par Eileen-Lys Ayres le Mar 1 Juil - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandy Vale
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 113

AVATAR : TOMMY.
PSEUDO/PRENOM : 21, BITCH.

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Lun 30 Juin - 14:51

Ce soir, je la déteste, peut-être pas autant que je me déteste mais je suis arrivé à un point de non-retour. J'ai marché sur une grenade il y a deux semaines de ça et aujourd'hui, je marche à cloche pied.
Si ça continue, je vais finir par perdre ma seconde jambe.
On retrouvera mon corps sur le sable au petit matin.
Et Eileen aura gagné.
Enfin, c'est pas une surprise.
Elle est plus forte que moi, cette fille. Plus douée avec les mots et les sentiments. (fin non, elle est aussi paumée, je suis sûr mais ça se voit moins.)
« Te fous pas de moi. T'es qu'une merde. »
Oh la blague, comme si j'avais besoin d'elle pour le savoir, ça. Tout le monde me le rappelle. Que ce soit ma mère, les journaux ou même l'autre con de Naeem. Ils ont du se liguer contre moi, c'est pas possible, on peut pas attaquer un homme sans s'être organisé à l'avance.
Hein, non, on peut pas ? Après, faut pas s'étonner si je réagis comme ça. Si les autres étaient pas aussi cons, j'aurais peut-être évolué autrement. On peut pas mettre toutes les fautes sur mes épaules, ça fait beaucoup pour un seul homme.
« Je suis sur de t'avoir manqué.  »
Ma gorge se noue et je détourne les yeux pour essayer d'oublier ses mots. J'essaie de me convaincre d'autre chose et ça claque dans ma tête. Non, non, non. Je change de pensées, d'identité, l'espace de quelques secondes.
J'entreprends une liste mentale. Je vis par sympathie pour la mer, l'eau et le sable. Je vis pour voir mes amis vivre et mourir dans leur désespoir. Je vis pour les rues qui s'éveillent et se fondent sous la lune.
Je vis pour le monde entier mais personne en particulier.
Mais elle résonne encore, Eileen, au fond de ma tête. Je vais finir par la jeter à la mer si elle continue comme ça : à aller et venir dans ma tête, sans autorisation. Elle prend même la place de Naeem, cette conne.
« commence pas à dire des trucs comme ça.  » je me rapproche alors, les mains tremblantes et le visage déformé par la colère. Je la pointe du doigt comme si elle n'était rien. Comme si ce n'était qu'un vulgaire objet. Je la pointe, là, juste au dessus de ses seins et exerce une forte pression contre sa peau.
Elle était plus belle nue.
« tu veux quoi ? un nouveau coup de bite ? » à ces mots, ce sont mes doigts qui se glissent entre ses cuisses, brusquement, pour la provoquer. Je veux qu'elle voit, qu'elle sache, à quel point ce n'est qu'une traînée.
Puis à quel point je la hais, aussi.

_________________


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen-Lys Ayres
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 325

AVATAR : Phoebe Tonkin
PSEUDO/PRENOM : Nibs ≈ Maëva

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Mar 1 Juil - 1:40


Mon sourire, il énerve. Il signifie tellement et dissimule aussi beaucoup. Là je souris ouais, parce que je veux le buter ou me faire buter. J'en sais trop rien, c'est vrai parce que ça me plait. Non pas de crever surtout pas par sa main, faut pas déconner. J'aime cette guerre qu'on se mène. Quand ça explose, quand ça part dans tout les sens, quand on s'en prend plein la gueule, quand on se percute violemment. Dingue, vous me direz. Ouais, je l'avoue, ça tourne peut-être pas rond la-haut c'est même sur. Je le provoque, je veux qu'il sorte de ses gongs et qu'il devienne fou, qu'il ne se contrôle plus, qu'on ne contrôle plus rien entre nous. Je veux voir ce chien qui demeure en lui, que j'ai eu l'occasion de voir à maintes reprises, chaque fois qu'on avait l'occasion de se voir pour tout dire. Souvent. « commence pas à dire des trucs comme ça.  » Sandy s'énerve. C'est mon but et je me rapproche de lui, je le touche du bout des doigts parce que je sens qu'il veut exploser, qu'il sent la chaleur monter en lui, qu'il vrille doucement. Il s'approche, tend son bras, son doigt qu'il pointe vers moi. Il m'insulte sans dire un mot, ouais c'est exactement ce qu'il est entrain de faire. Je fronce les sourcils. Connard, tu l'entends ce doux mot qui raisonne dans ma tête à ton égard, tu ressens ma colère et ma haine ? Tu es trop faible, Sandy. Trop facile à manipuler. Ton sang bouillonne trop vite. J'aime te voir dans cet état. Il me touche de son doigt et je pose finalement mes yeux sur lui, d'un air détaché comme s'il ne m’intéressait pas, comme s'il n'était rien. Il n'est rien ou très peu. « tu veux quoi ? un nouveau coup de bite ? » Il me brusque, il me surprend et j'en frissonnerai presque de ses doigts qui se faufilent entre mes cuisses. Je redeviens cette catin, qui ne m'a jamais quitté. Il le sait, je le sais. Enfoiré. Ma langue passe sur mes lèvres et mon corps percute le sien presque violemment, j'agrippe son cou et je le serre aussi fort que possible; j'y laisse ma marque. On y voit rien dans l'obscurité mais je sais que son coup est marqué de mes doigts, je sens sa peau souffre, je sens sa peau qui s'arrache presque sous mes ongles. Ma bouche effleure son oreille, mes seins s'écrasent contre son torse et je souris, encore. « Dis pas de connerie, Sandy. Tu n'as pas la carrure pour ce genre de choses, avec moi. Pas encore. » C'est moi qui dis des conneries parce que Sandy c'est l'mec qui peut me baiser facilement. Peut-être qu'on avait trop bu, trop défoncés aussi, trop tout quoi. Il est la seule chose dont je me souviens de cette putain de soirée, la seule chose dont j'ai encore le souvenir c'est de lui qui me touche, lui qui me prend. Mon bassin insiste contre le sien et je le délaisse pour finalement lui faire dos cette fois et je me dirige vers une bouteille qui se trouve dans le sable. Qui attend d'être bu, d'être ouverte. Je l'attrape et je dévisse le bouchon qui m'empêche de boire tout en me retournant vers l'autre. « Je vais te crever toi et ta sale gueule. Je vais te faire saigner, mon con. » Juste après avoir bu, parce que j'ai soif et que je peux rien faire le foie vide. J'ai une sacré descente, je l'ai souvent entendu, c'est pas le plus beau des compliments, je te l'accorde. Je grimace un peu, ça me pique, ça me brûle. Je lui fais face et je lui lance la bouteille, je la jette sans savoir s'il va parvenir à la rattraper ou si elle va s'éclater contre lui. Je m'en tape.







Dernière édition par Eileen-Lys Ayres le Mar 1 Juil - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandy Vale
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 113

AVATAR : TOMMY.
PSEUDO/PRENOM : 21, BITCH.

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Mar 1 Juil - 19:57


Elle me revient, Eileen.
Ses seins contre mon torse, ses ongles destructeurs contre ma nuque. C'est bien elle, c'est bien cette folle. J'inspire son odeur et une sensation de bien être s'insinue dans mes veines. Je tremble légèrement à la savoir si proche et me remémore notre dernière nuit.
On aurait pas du faire ça. C'était trop rapide. Trop sale.
C'est pas mon genre de faire ça.
Je veux pas qu'elle pense que je suis un débile comme Naeem.
Non, moi, j'aime les gens. Même les inconnus.
J'aime tout le monde, c'est comme ça.
Je suis un idiot de sentimental. M'offrir à elle si connement, c'est contre ma nature. Je déteste ce qu'elle fait de moi.
« Dis pas de connerie, Sandy. Tu n'as pas la carrure pour ce genre de choses, avec moi. Pas encore. »
Pas la carrure ? Bah j'm'en doute bien. On est pas tous parfait comme l'autre con. Moi je suis né roux alors déjà, j'avais un désavantage dés la naissance. Puis j'ai la peau trop claire. On m'effleure et je marque, comme un bébé.
C'est pitoyable. Même là, les traces de ses ongles, je sais que je vais les garder longtemps. Que je vais me traîner un bout d'Eileen pendant des jours, encore. J'en ai marre de porter des traces de tout le monde. J'ai l'impression de même plus appartenir à mon propre corps, c'est perturbant.
Et voilà que la grande dame me tourne le dos. J'ai ses cheveux dans la figure avant qu'elle ne se mette à avancer pour attraper une bouteille. Je la regarde faire, fatigué par son comportement et sa façon d'être.
J'étais très bien à l'ignorer, moi, sans essayer de faire le premier pas.
Fin, ça doit être pour ça que je suis resté loin d'elle : pour éviter notre connerie commune.
« Je vais te crever toi et ta sale gueule. Je vais te faire saigner, mon con. »
Et bam, la bouteille dans la tête. Le bruit est énorme, tout le monde se retourne vers moi alors que je suis complètement sonné. Elle claque et se brise en mille morceaux. Une arcade ouverte, une. Ça m'apprendra à considérer les filles comme des objets. Bien fait Sandy.
T'as pas le droit d'être en colère.
Ah bah c'est trop tard je suis déjà en train de l'attraper par le bras pour la secouer violemment. Droite gauche, droite, gauche, un pommier. Je vais finir par lui griller les neurones, tant pis.
« PUTAIN ! y a quoi qui tourne pas rond dans ta tête ? T'as un soucis ma parole. » Elle m'a lancé une bouteille à la gueule. Une bouteille. Et pour accentuer mes paroles, je sens le revers de ma main la gifler violemment. Celle là, j'ai pas pu la retenir. En réalité ça fait des mois que je la retiens.
C'est la première fois, je crois, que je la frappe aussi violemment et en public. Des gars se mettent à gueuler mais ils approchent pas. Ils doivent lire dans mes yeux cette lueur noire. Celle qui veut dire 'reste loin'.
« Tu me tues Eileen. » Voilà, c'est dit.
Et choqué par mes geste, je lui tourne le dos et commence à marcher le long de la plage, dans la nuit. J'enfonce mes mains dans mes poches pour ne pas les voir et me rappeler l'horreur de mes actes.
Pardon.

_________________


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen-Lys Ayres
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 325

AVATAR : Phoebe Tonkin
PSEUDO/PRENOM : Nibs ≈ Maëva

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Mar 1 Juil - 22:11

La bouteille elle m'a échappé des mains ou pas ou presque. J'en sais rien, je veux lui faire mal ouais c'est certain. C'est ce qui m'anime, vraiment ce soir. Je lui jette à la gueule. Il l'a rattrape tant mieux, elle s'explose contre lui tant pis. C'est le jeu gamin. J'ai pas calculé la trajectoire, ni ma force. Je pensais pas en avoir autant, pas maintenant ni de cette manière. Je me sens pousser des ailes pour le coup. Je souris quand elle se fracasse sur sa tête, je ris aussi. L'alcool peut-être. La haine, pour sur. Il m'attrape, me secoue. Je vais finir par m'étaler sur le sable. « PUTAIN ! y a quoi qui tourne pas rond dans ta tête ? T'as un soucis ma parole. » Je veux qu'il me lâche. Evidemment que j'ai un problème, c'est lui. Sandy, voilà mon problème. J'ai le temps de rien, j'ai même pas le temps de penser. Je me la suis prise en pleine face celle-là. La main de Sandy, cette foutue main s'est écrasée contre ma joue. Elle m’assomme presque, parce qu'il y a mit la force, une sale force, une violente force, un truc qui t'arrache la figure. Je la sens qui brûle. Je perds finalement l'équilibre. Ouais, je suis vraiment sonner. On nous dévisage, surtout lui et ça hurle autours de nous mais c'est pas le truc auquel je m'attarde. Je m'en fou des autres. Bordel. Je masse ma joue, j'ai les larmes aux yeux mais il est hors de question qu'elles coulent alors je me mords la lèvre, je serre les dents. Enfoiré. « Tu me tues Eileen. » Pas encore, Sandy. Pas encore, parce que tu vas en baver, je vais t'arracher les yeux et te les faire bouffer et bien pire encore. Il me tourne le dos, il fuit le salop. Je le laisse partir, casses toi. Putain j'ai envie de hurler, de lui cracher tout ce que j'ai dans le gosier. On s'approche de moi, j'entends des voix autours de moi mais je n'écoute rien. Je me remet sur mes jambes, lentement et je montre mon majeur à ceux qui m'entoure. Ils s'indignent tous, m'insultes au passage. Fermez-là. Ils ne sont pas importants. Je m'enfonce dans l'obscurité, je suis Sandy et j'accélère le pas parce qu'il est loin maintenant. « Arrêtes toi, putain ! » Ma voix s'élève, elle brise le silence, elle tremble aussi. Arrêtes toi. Ne me tournes pas le dos encore, pas cette fois ni de cette façon. Je cours, mes pieds balayent le sable et j'arrive finalement à sa hauteur, derrière son dos mais je suis essoufflé, sans doute les méfaits de la cigarette. Je tente de reprendre mon souffle, que ma respiration redevienne normale et puis j'attrape son bras, je le force à me faire face. « Je te déteste, Sandy. Tu n'es qu'un putain d'enfoiré qui frappe les femmes. » Moi, surtout moi. Les autres je m'en moque, il peut les tuer devant moi que je ne lèverai pas le petit doigt. Je te déteste mais je suis là. Faut être conne ou complètement folle, même un peu des deux. Je lâche son bras, je me retourne parce que je ne veux plus voir son visage, je veux me barrer loin d'ici et loin de lui. C'est peut-être mieux comme ça, pour lui et pour moi. Faut pas, c'est trop facile. Je lui face de nouveau, c'est le bordel dans ma tête. Mes poings frappent son torse, je le pousse à chaque fois qu'ils s’abattent sur lui, c'est lent au début et plus rapide à la fin. Je lui en veux, parce qu'il y a été fort ce soir. Plus fort que d'habitude, ouais il a réussi à m'avoir pour de bon. J'ai toujours des picotements qui me rappellent la violence de son coup. Tu as gagné ce coup-là Sandy, juste celui-là.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandy Vale
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 113

AVATAR : TOMMY.
PSEUDO/PRENOM : 21, BITCH.

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Sam 5 Juil - 15:55


J'avance plus vite pour disparaître plus vite.
C'est pas bien difficile.
Mes pas glissent sur le sable et bientôt se sera la nuit qui m'englobera.
La lune ne me suffit plus.
Je veux juste m'en aller et oublier ma main.
Celle qui me pique encore. Elle porte encore le parfum d'Eileen, j'en suis sûr.
Faudrait me la couper, comme à l'époque, avec les voleurs. Me la couper et la jeter à la mer. Parce que j'ai peut-être rien volé de palpable, de réel mais je sis que je lui ai pris une bonne partie de sa fierté.
Et ça, c'est dégueulasse. Parce que je sais que ça fait de se sentir nul et moins que rien.
Je connais la sensation ignoble des regards qui se posent sur moi. Pourtant, je ne me retourne pas. Je ne veux pas.
Ce serait trop faible de ma part.
Beaucoup trop con, aussi. Je l'ai frappé, point.
Je l'entends déjà revenir et je ferme les yeux (à croire qu'il fait pas déjà assez nuit comme ça.)
« Arrêtes toi, putain ! »
Je le fais pas, je l'écoute plus. J'en ai plus envie, je suis fatigué d'elle et de moi. De nous. J'ai plus envie qu'on existe, que tout disparaisse dans une vague et qu'on arrête. C'est possible ça, non ? C'est pas la mer à boire (l'expression parfaite).
Mais non.
Elle
me
retient.
Je souffle plus, je respire plus, je fais plus rien. Je suis tétanisé par son regard. Pardon Eileen.  « Je te déteste, Sandy. Tu n'es qu'un putain d'enfoiré qui frappe les femmes. » Elle a la joue toute rouge, je pourrais même pas nier cette vérité. Je peux plus mentir, je suis pris à mon propre piège. Je tremble un peu et je la laisse me frapper.
Elle a le droit.
Pas parce que je viens de la faire souffrir mais juste parce que c'est Eileen et que cette fille, aussi folle soit-elle, est bien plus que je prétends.
Si je la frappe, c'est pas pour le plaisir.
« c'est bon Eileen, j'suis désolé. »
Ses poings me font mal, non pas parce qu'ils sont violents mais parce qu'ils déclenchent une sensation bien plus profonde en moi. J'ai l'impression que quelque chose se casse à l'intérieur de moi.
Une barrière ou je sais pas quoi. Alors, je me penche en avant, malgré ses coups et sa haine pour attraper ses lèvres et l'embrasser, fermement.
« arrête, tu te fatigues pour rien. »
Et je l'embrasse à nouveau. C'est dégueulasse parce que ça m'apaise.
« si tu veux des explications pour mon comportement de débile, dis-le mais arrête d'me gueuler dessus. arrête, ça nous épuise. »
On a plus d'énergie, plus rien.

_________________


   
   
   


Dernière édition par Sandy Vale le Lun 7 Juil - 8:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen-Lys Ayres
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 325

AVATAR : Phoebe Tonkin
PSEUDO/PRENOM : Nibs ≈ Maëva

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Lun 7 Juil - 1:20

Tu me diras, je récolte ce que je sème. La bouteille en pleine figure avait été de trop, sa réaction trop forte. Tu me brises, Sandy. Tout les morceaux se sont éparpillées sur la plage et j'ai l'impression d'avoir perdu ce soir. Je ne peux pas l'accepter, parce que ma fierté vient déjà de se prendre un sacré revers, je refuse de m'en prendre un second. Je réplique, j'essaie du moins. Il m'a tout prit ce soir, ouais tout le bâtard. Je le frappe, je crois. J'ai l'impression de plus être là, de pas me tenir devant lui pourtant c'est bien moi. Je me sens faible, c'est certainement pour ça. Mes poings ils sont pas bien gros, ils n'ont pas vraiment de forces, ils ne font pas vraiment mal, ils font juste acte de présence. J'ai envie de l’assommer, donnez-moi une autre bouteille ! Je pourrais lui foutre la tête sous l'eau, le noyer ou même l'enterrer vivant sous ce foutu sable.
« c'est bon Eileen, j'suis désolé. » Je deviens sourde. Je ne l'entends plus, la colère m'empêche de me concentré sur le son de sa voix. Je fronce les sourcils, peut-être que c'est simplement ces excuses que je ne veux pas entendre. Je voudrai arrêter, mais je n'y parviens pas. Mes poings frappent seuls. Il se penche vers moi, je ferme les yeux presque instinctivement et j'attends. J'attends tout, sauf ces lèvres qui se posent sur les miennes. Je n'ai bouge pas. Surprise par lui. Surprise par moi d'en avoir les frissons. « arrête, tu te fatigues pour rien. » Qu'est-ce qui te prend Sandy ? Combien de bouteilles as-tu bu avant de venir ou alors c'est moi qui hallucine ? Ouais, il y a de quoi en devenir dingue. On se détruit et la minute d'après on recolle les morceaux, on essaie. Il m'embrasse encore, j'ai arrêté de tenter de lui faire mal avec mes poings. Ils ne s'activent plus sur son torse, ils sont juste posés là et ils attendent sagement. Je me sens faiblir, ma grande gueule se ferme pour la toute première fois.
« si tu veux des explications pour mon comportement de débile, dis-le mais arrête d'me gueuler dessus. arrête, ça nous épuise. » Je me recule un peu, j'essaie d'avoir une autre vision de nous, un autre angle. Il a raison, on se fatigue mais il n'en a jamais été autrement. Sandy et Eileen c'est fait pour se fatiguer, pour se détruire, pour se bouffer. On aime ça, on a toujours aimé ça entre nous. On a jamais connu autre chose, ça n'a jamais été tranquille. Et puis, il y a eu cette nuit. Cette nuit qui t'a brisé peut-être. Cette nuit qui t'a éloigné de moi, de ma violence. « Tu me fatigues, Sandy. C'est toi qui m'épuise, c'est de ta faute. Laisses-moi juste te briser, parce que tu m'as laissé et j'me suis sentie orpheline. » J'avais presque murmurer ses mots. J'avais trop gueulé déjà et puis il était parvenu à me calmer, son baiser sans doute. Les explications du gamin je n'étais même pas certaine de réellement vouloir les entendre, mais j'en avais besoin. J'en avais besoin, ouais c'est sur. Sandy, il n'est peut-être pas rien finalement. Il est peut-être plus que rien, plus que peu. Je m'assoie, je ramène mes jambes contre moi et je pousse un profond soupire, je regarde l'océan et puis mes yeux se posent finalement sur le gamin. Il a raison, on est à bout.
« Je t'écoute. Je nous laisse souffler, un peu. » Pas trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandy Vale
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 113

AVATAR : TOMMY.
PSEUDO/PRENOM : 21, BITCH.

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Mar 8 Juil - 0:12

C'est trop con, cette situation.
Je crois que je préférais quand on se foutait sur la gueule sans aller trop loin.
Je préférais lui hurler dessus et être indifférent  à ses conneries parce que là, ça a tendance à me submerger.
Si il y avait pas eu ces deux semaines de silence, je l'aurais certainement pas frappé.
Enfin, je crois.
Je frappe souvent mais pas Eileen. En général, c'est plutôt Naeem qui prend.
Parce que Naeem, il est grand et fort. C'est pas un coup de poing qui risque de le briser.
Encore moins un de ma part.
Je respire à nouveau lorsqu'elle arrête de me frapper et jette un regard à la mer.
J'essaie de me calmer, de trouver un point de repère. Le volcan est violent, à l'intérieur. La lave risque de déborder à tout moment.
« Tu me fatigues, Sandy. C'est toi qui m'épuise, c'est de ta faute. Laisses-moi juste te briser, parce que tu m'as laissé et j'me suis sentie orpheline. »
J'ai le coeur qui tombe au fond de mon estomac. Je l'entends, ça fait un espèce de 'ploc' fictif. J'ai bien envie de le récupérer mais c'est encore trop douloureux. Je le sens plus battre, du coup et ça m'inquiète. Alors, je regarde Eileen s'asseoir sur la plage. Je fixe ses jambes et puis son visage.
« Je t'écoute. Je nous laisse souffler, un peu. »
C'est le moment ou jamais de m'exprimer alors.
Le problème, c'est que j'ai pas de raison valable. Que je risque de l'énerver encore plus et la faire souffrir d'avantage. Pourtant,
je prends le risque.
Je m'installe à côté d'elle sauf que moi, je ramène pas mes jambes contre mon mon torse.
Je laisse mon corps libre, il est déjà assez enchaîné comme ça.
J'ai la respiration qui tremble encore un peu, j'ai trop gueulé.
« okay ... » J'essaie de me concentrer, de pas jouer aux cons. Pourtant, les sentiments commencent déjà à se faire la malle de tous les côtés. C'est l'apocalypse.
« je ... j'suis pas comme Naeem, moi. je baise pas des filles juste comme ça, pour les jeter ensuite. tu vois ? j'dis pas que j'ai envie de me marier avec toi hein mais merde ... on a fait une connerie la dernière moi. ça m'a fait chier de te traiter comme une traînée alors que j'sais que tu vaux mieux que ça. »
Pause.
C'est dur de parler, d'être cohérent.
« j'ai voulu m'excuser mais j'voulais pas passer pour un niais non plus alors j'ai préféré te laisser de côté, voilà. »
Mais là, j'ai l'air encore plus con que la moyenne.
Putain.
« et toi, t'en penses quoi de tout ça ? » Ouais après tout, y a pas que moi dans cette histoire.
Son avis compte, bien plus que le mien.

_________________


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen-Lys Ayres
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 325

AVATAR : Phoebe Tonkin
PSEUDO/PRENOM : Nibs ≈ Maëva

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Mar 8 Juil - 1:22

Je me fatigue à toujours gueuler, à toujours taper du poing. Je suis peut-être plus faite pour ça, j'ai peut-être trop fait ou trop donner. J'en sais rien, c'est le bordel là-haut. Parfois j'ai juste envie d'être calme, sage. Tu sais faire partie de ses nanas qu'on aime, qu'on câline, qui ont un beau sourire, une petite gueule, qui parle doucement et qui n'hausse jamais le ton et qui souffre. Ouais, mais c'est pas moi. Je suis pas faible, je ne peux pas l'être. Souffrir, c'est pas quelque chose de drôle, ça fait mal et j'aime pas avoir mal moi. Sandy, il m'a retourné le cerveau. Peut-être qu'on aurait du continuer à s'ignorer, salement pendant des mois, des années. Peut-être que j'aurai fini par oublier sa figure, le son de sa voix quand il vrille, la force de ses mains quand elles se posent sur moi. Tu me rends dingue, j'ai pas besoin de ça je le suis déjà assez. Il prend place à côté de moi, c'est rare qu'on soit aussi calme-là, qu'on ne brise pas le silence. Ouais, c'est étrange. « okay ... » Je détourne le regard. Je frissonne.
« je ... j'suis pas comme Naeem, moi. je baise pas des filles juste comme ça, pour les jeter ensuite. tu vois ? j'dis pas que j'ai envie de me marier avec toi hein mais merde ... on a fait une connerie la dernière moi. ça m'a fait chier de te traiter comme une traînée alors que j'sais que tu vaux mieux que ça. » J'ai envie de sourire, mais je n'y parviens pas, je l'écoute simplement. Naeem c'est un pauvre type, mais il est comme tout les autres. Je m'y suis habitué, je ne m'en suis jamais plainte au final. Je n'ai jamais eu autre chose que ce genre-là, je n'ai jamais connu de prince charmant ou simplement de mec respectueux. Sans doute parce que je n'ai jamais éprouvé le besoin d'être respecté par la gente masculine, ouais. J'sais pas. « j'ai voulu m'excuser mais j'voulais pas passer pour un niais non plus alors j'ai préféré te laisser de côté, voilà. » Finalement j'arrive à sourire. Sandy il est con, mais il est pas méchant pas toujours non. « et toi, t'en penses quoi de tout ça ? »

Je ne réponds pas tout de suite, je m'allume une cigarette avant et je tire dessus, plusieurs fois. Qu'est-ce que je pourrai bien lui répondre ? Je me suis déjà trop avancée lorsque je lui ai exprimé mon ressenti, quand je lui ai dit que je m'étais sentie orpheline. Je suis pas de celle qui parle de ça, parce que je ne sais pas en parler tout simplement, de ce que je ressens. Mes yeux se posent sur lui, il n'y a plus cette flamme à l'intérieur. Elle s'est éteinte. « Tu ne dois pas faire attention à ce genre de chose. J'ai toujours été considérer comme une traînée. Je n'y fais plus attention à présent, Sandy. » Ma voix est douce, elle caresse le silence. Elle tremble un peu, elle est peut-être un peu brisée ou c'est moi qui le suis. « Je ne t'aurai jamais rien demander d'autre, juste que tu sois là le lendemain et qu'on reprenne là où on s'était arrêtés. » Ouais, peut-être que c'était une connerie, peut-être pas. Je ne me suis pas vraiment posé la question. Je n'ai pas envie de me la poser, parce que la réponse ne nous servirait à rien. J'écrase ma cigarette, je l'enfonce dans le sable. « Notre connerie elle était quand même plutôt bonne. » Je ris et je lui donne une petite tape derrière la tête. Petit con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandy Vale
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 113

AVATAR : TOMMY.
PSEUDO/PRENOM : 21, BITCH.

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Mer 9 Juil - 0:41

Je me sens un peu con de lui avoir balancé tout ça.
Maintenant, je vais passer pour un type sentimental et trop influençable.
Au fond, c'est ce que je suis. A l'école primaire, déjà, les filles s'amusaient à me briser le cœur. Elles pouvaient faire n'importe quoi de moi.
J'étais le garçon trop gentil de la classe.
Elles m'offraient un dessin et le lendemain matin, elles me criaient dessus.
Et moi, pauvre idiot, je faisais toujours en sorte pour que ça s'arrange.
Même là, je mets tout en oeuvre pour que ça s'arrange.
Fin, c'est différent mais le concept est le même.
Cette fois, il est pas question de dessins et de bisous dans le bac à sable.
C'est plus sérieux.
Plus adulte (malgré moi).
« Tu ne dois pas faire attention à ce genre de chose. J'ai toujours été considérer comme une traînée. Je n'y fais plus attention à présent, Sandy. »
Je fronce légèrement les sourcils et la regarde brusquement. J'ai envie de la secouer, de lui demander d'arrêter de raconter des conneries.
On ne peut pas s'habituer à ce genre de choses. C'est impossible.
Contre nature.
C'est comme dire que l'on s'habitue à un cancer, c'est faux.
Mes doigts s'enfoncent dans le sable frais alors que sa voix brise à nouveau le silence. Elle ne crie plus cette fois.
« Je ne t'aurai jamais rien demander d'autre, juste que tu sois là le lendemain et qu'on reprenne là où on s'était arrêtés. »
ça paraît simple, sortant de sa bouche. Je la regarde et j'essaie de comprendre, d'assimiler ce qu'Eileen me raconte et surtout d'y croire. Mais on a pas du tout la même vision des choses, c'est ça le problème.
« Notre connerie elle était quand même plutôt bonne. »
Plus le petit coup amical. Je souris, pour la première fois depuis le début de la soirée. Pour une fois que je suis pas en train de gueuler et de me détruire les nerfs pour des conneries.
« t'es trop conne. »
Je lui balance ces quelques mots sur un ton léger. Je peux les voir s'évader dans un courant d'air pour finir au milieu des vagues. Je me penche un peu vers elle pour poser mon bras sur ses épaules et la ramener contre moi. On pourrait presque nous comparer à deux vieux amis perdus sur la plage.
« t'es plus attirante comme ça, sans être une traînée. tu devrais pas te laisser faire avec les autres mecs. » fin non, elle se laisse pas faire, Eileen. C'était pas la phrase la mieux appropriée mais tant pis, j'ai pas le courage de me corriger. Je la serre un peu plus fort, pour lui montrer que je suis là, que je partirais pas. Pas cette fois. Y a assez d'orphelins sur cette terre pour en rajouter un.
« j'peux pas trop te dire si notre connerie était bonne. j'étais trop bourré. » Léger rire. « bon, tu veux qu'on fasse quoi, maintenant ? si on retourne là-bas, je risque de me faire casser la gueule. »
Des marques de ma claque sont encore sur sa peau. Je suis un monstre.
« un bain de minuit, ça te dit ? » Lueur provocatrice au fond des pupilles.

_________________


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen-Lys Ayres
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 325

AVATAR : Phoebe Tonkin
PSEUDO/PRENOM : Nibs ≈ Maëva

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   Mer 9 Juil - 19:07

Il fait doux. Les étoiles sont notre seule lumière ce soir. Là assise près de lui, je me sens différente, peut-être plus sereine, plus calme que les fois précédentes et pourtant quelques minutes avant je voulais qu'il crève encore plus qu'avant. Personne ne peut comprendre, même moi j'ai parfois du mal. Deux semaines, Sandy. L'éternité. Je me sens faible. Je ne veux pas l'être, pas avec lui parce qu'il me briserait en une fraction de seconde. Je me confie, je crois que c'est ce que je suis entrain de faire. Les mots je les cherche un peu et je ne trouve pas toujours les bons. « t'es trop conne. » Je sens son regard sur moi, mes yeux croisent les siens, il sourit. T'es beau quand tu souris Sandy. Il me rapproche de lui, son bras sur mes épaules. L'image en étonnerait plus d'un, il faudrait même immortalisé ce moment. Ils se font rares. « t'es plus attirante comme ça, sans être une traînée. tu devrais pas te laisser faire avec les autres mecs. » Je suis conne, tu l'as dit toi-même. J'ai simplement arrêté de me focaliser sur le regard des autres. Je peux être une traînée ou une sainte-ni-touche, j'endosserai le rôle. Les étiquettes je m'en tape, ouais. Je ne serai jamais bien de toute façon, c'est un manque de confiance que je cache finalement en écartant les cuisses facilement. Quelle tristesse. Je lâche un soupire. Je sens son étreinte qui se resserre. Merci, Sandy. « j'peux pas trop te dire si notre connerie était bonne. j'étais trop bourré. » Attention, je pourrai faire en sorte que tu t'en souviennes. Je ris doucement. Il n'y a plus aucune animosité entre nous à cet instant, elle est partie se noyer dans l'océan. Je me sens un peu vexé qu'il ne se souvienne de rien, je fais une petite moue et j'enfonce mon visage contre son cou. Mes dents se serrent. L'envie d'y planter mes crocs est trop tentante mais je ne fais rien, j'essaie. Ma langue se faufilent entre mes lèvres et vient chatouiller sa peau blanche que je finis par mordre. Doucement, tendrement. « bon, tu veux qu'on fasse quoi, maintenant ? si on retourne là-bas, je risque de me faire casser la gueule. » Il n'a pas tort. C'est mérité mais je préfères m'en charger moi-même. Je lève la tête, regarde l'étendu d'eau devant nous. « un bain de minuit, ça te dit ? » Tu lis dans mes pensées. Ne me provoque pas. Il est tellement fort à ce jeu-là. J'y résiste pas.  

Je me détache de lui, sans un mot. J'entreprends d'enlever mes vêtements un à un, sans réellement me presser. Un petite brise me fait frissonner mais c'est agréable. Je me retrouve en sous-vêtements et je décide de me mettre sur mes deux jambes, c'est la partie la plus intéressante.
« N'en profites pas pour te rincer l’œil. Un accident c'est vite arriver. » Souviens-toi de mon corps nu, ouais j'aurai pu lui dire ça aussi. Je dégrafe mon soutiens-gorge et je le laisse tomber à ses pieds, un léger sourire s'installe sur mes lèvres. Effectivement je pourrai le noyer, prendre ainsi ma revanche. J'hésite encore. Un dernier tissu me sépare de la nudité. Le corps face à la mer, je tourne ma tête vers le gamin. « A poil, Sandy. » Je souris à la nuit tout en faisant glisser la dernière étoffe de soie le long de mes jambes. J'offre mon corps à la vue de tous, surtout à celle de Sandy. Je ne l'attends pas et j'avance. Je grogne quand mes pieds caressent l'eau, c'est un coup à attraper froid, pourtant je continue d'avancer laissant l'eau glisser sur ma peau, mes courbes. Un soupire d'aise s'échappe de mes lèvres. L'eau salé a atteint le haut de mes seins, je me tourne en direction de la rive cherchant le gosse des yeux, ne le trouvant pas. Où es-tu enfoiré ? Je suis seule. J'entends juste les rires lointains des gamins qui picolent un peu plus loin. Je me fond dans l'obscurité. Je lève la tête vers le ciel, je contemple cette immensité qui s'élève au dessus de nous. Le monde est beau. Un bruit attire mon attention, mais mes yeux ne savent où se poser. « Ramène ton cul ici bordel ! » Je fais moins la maligne là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)   

Revenir en haut Aller en bas
 

les navires échoués se ramassent à la pelle. (eileen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» quelques navires
» Les chroniques d'une mission échouée en trois chapitres
» Le Costa Rica abandonne Taiwan et reconnaît la Chine
» BATAILLE DE TRAFALGAR
» Une bataille à l'aube...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LISBONNE :: ALFAMA :: la plage-