AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nouvelle version ! on attend vos avis ici ☺️

Partagez | 
 

 Fight against him, fight at my side ☼ Zacarias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L. Nyx Morgan-Stone
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 38

AVATAR : Emilia Clarke
PSEUDO/PRENOM : Scream/Louise

MessageSujet: Fight against him, fight at my side ☼ Zacarias   Sam 28 Juin - 14:11


Fight against him, fight at my side

Zacarias & Nyx

C'est difficile de se faire sa place. Je suis Américaine, je suis née à Seattle, dans le froid, sous la pluie, en plein hiver. J'aurai pu passer ma vie là-bas et vivre la vie d'une riche Américaine, qui n'a pas d'autres occupations que d'enchaîner soirées sur soirées. Mais le destin en a décidé autrement. Je suis arrivée à Lisbonne il y a un an, et me suis fait ma place dans le trafic de drogue assez rapidement. Une des conditions lorsqu'on travaille dans ce milieu là, est de toujours se trouver là où la population se trouve. Alors je m'étais habillée en cette fin d'après-midi, et avais enfilé une robe noir, simple, et des boots noirs. Une veste en jean sur le dos, j'étais sortie de mon appartement luxueux pour me diriger vers Docas de Santo Amaro. Une soirée sur les docks y était organisée, et je savais que ce soir, j'allais me faire de l'argent. L'argent n'était pas ma priorité, ce qu'il me fallait, c'était une occupation, quelque chose qui puisse faire bouger mon quotidien, que j'ai un but dans ma vie. Lentement, je m'étais dirigée vers le lieu de la fête. J'avais salué les organisateurs, pris un Mojito, et m'étais assise sur une barrière, à attendre que les gens viennent à moi pour que je leur revende ma drogue. Sur les coups de vingt et une heures, je m'étais isolée, afin de rouler et de fumer mon joint. A force de toujours avoir sur soit ce genre de consommations illicites, on finit par y goûter, par les aimer, et par ne plus pouvoir s'en passer. Je ne sais pas par quelle opération du saint esprit mon père ne m'avait jamais grillé, mais je continuais de jouer avec le feu.
Je revins à ma place, et attendis un instant. Un jeune blond aux cheveux bouclés vint me demander vingt balles de beuh. Sans même lui accorder mon intérêt, je lui donnais discrètement et rangeais le billet de vingt euros qu'il me donnait en échange. Je le regardais partir et lui lançais : « Bonne soirée. » d'un portugais approximatif avec cet accent Américain qui me collait à la peau. Il se retourna, hocha la tête et me sourit. Je le vis s'arrêter quelques mètres plus loin. Je regardais autour de moi. Les gens dansaient, buvaient et s'amusaient. Et les clients défilaient. Je finis par sortir mon portable et consultais mes messages. C'est alors qu'un homme, mince, brun vint me parler. Je connaissais son visage. Il m'accusait de lui vendre de la merde. Je descendis de la barrière et lui fis face. « Pour qui me prends-tu, connard? » Il ne fallut pas longtemps pour que je sente son poing cogner mon nez. Il se mit à m'insulter, et à crier que les Américaines dans mon genre étaient toutes des petites salopes. Penchée en avant, je passais la main sur mon visage et vis mes doigts ensanglantées. Je me relevais, le regardais longuement et lui donnais un coup de genou dans ses parties intimes. Il se plia de douleur et gémit. Je m'apprêtais à partir lorsque je sentis ses doigts agripper mes cheveux et les tirer. Il me frappait et je ne pouvais rien faire. Ce n'était pas la première fois qu'on me traitait ainsi, et je n'avais pas peur de la douleur. Je n'aimais juste pas être en position d'impuissance.
C'est alors que je sentis son étreinte se desserrer. Je me retournais et le vis tomber au sol, sonné. Le jeune blond qui m'avait acheté les vingt balles de beuh se trouvait là. Il regarda le gars gémir au sol et prit ma main avant de m'entraîner plus loin. Il s'arrêta enfin, alors que la fête reprenait son cours. J'ajustais mes vêtements et remis mes cheveux en place puis je regardais le jeune homme, sûrement inquiets et mort de peur d'avoir tué le gars. « Il va s'en remettre. Merci. Je suis Nyx » Dans d'autres circonstances, je l'aurai envoyé balader, mais je lui étais redevable. Il m'avait sauvé d'une agression qui aurait pu tourner très mal et aussi d'explications à donner à mon père. J'essuyais mon nez et cherchais les mouchoirs dans mon sac avant de le poser sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Fight against him, fight at my side ☼ Zacarias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LISBONNE :: DOCAS DE SANTO AMARO :: les docks-