AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nouvelle version ! on attend vos avis ici ☺️

Partagez | 
 

 the last day (nina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lino Belo
avatar
INSCRIT(E) LE : 26/06/2014
MESSAGES : 61
AVATAR : lou gaillot.
PSEUDO/PRENOM : sarah, javanaise.

MessageSujet: the last day (nina)   Sam 28 Juin - 13:25


oh, qu'est ce que je donnerais pour te serrer dans mes bras et embrasser ton front, arracher la nuit, te brancher sur mon dos. Je t'emmènerai loin, je te soufflerai partout sur la peau, tu le sentiras, tu te sentiras exactement comme avant.


Légèrement appuyé contre le rebord de la fenêtre, j'observe, l'air presque absent les allées et venues des passants dans la petite ruelle bordant la façade de notre immeuble. Il est tard, si tard que les silhouettes déambulent en zigzagant, une allure d'ivresse collé à la peau. Du deuxième étage, leur sourires brillent un peu. Chez moi, il n'y a que la moiteur de mes doigts pour scintiller autant. Si j'étais en bas, à marcher pieds nus sur le trottoir, je pourrais voir un petit bout de ciel moi aussi. Je serais-, à sourire tendrement à une face de lune légèrement flou, une heineken autours des doigts. Je déteste ces soirs où la sagesse se doit de prendre le pas sur tout le reste. Demain sera un jour long et difficile. Je vais devoir me lever d'ici peu de temps pour voir défiler dix heures qui agaceront mille fois plus que les précédentes. Un remplacement, du boulot supplémentaire et un vocabulaire d'adulte que je ne connais pas. Ce sera une journée de merde. Ça, c'est quelque chose que je comprend. Je pose un regard lasse sur une cuisse dénudé disparaissant au coin de la rue et m'éloigne de la fenêtre, la laissant grande ouverte. Il n'y a que de la chaleur qui filtre à l'intérieur de la chambre mais j'ai l'espoir que d'ici l'aube, l'air frais se décide enfin à faire acte de présence. Enfin. Je m'écrase contre le lit. Le regard fixe sur le plafond blanc. C'est calme. Fausto n'est pas là. Il traîne probablement dehors, à étouffer le monde de sa présence. Peut être qu'il danse, peut être qu'il boit et peut être qu'il caresse le corps de quelqu'un d'autre du bout des doigts. Je n'en sais rien. Je ne m'en inquiète même pas. Peu importe le qui, mon ego me souffle que je serais toujours son nous. Je me relève un peu, le dos calé contre le mur et tend les doigts. Un paquet de tabac plaqué contre l'estomac, je tente de focaliser la totalité de mes pensées sur ça. Sur la feuille collé contre le creux de ma main. Non pas sur la soirée que j'ai refusé, non pas sur l'état dans lequel je serais rentré, non pas sur nina, probablement ailleurs ou à côté. Qu'est-ce qu'elle peut bien faire, la belle ? Peut être bien qu'elle c'est fait la malle elle aussi, discrètement. Et moi je suis là, à faire vœux de silence comme un con pour ne pas réveiller les murs. Plus tard, plus tard tout ira mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina Gonzaèles
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 29
AVATAR : nina adgal.
PSEUDO/PRENOM : marine.

MessageSujet: Re: the last day (nina)   Sam 28 Juin - 17:08

Lino s'était enfermé dans sa chambre. Fausto était parti. Je n'avais pas eu envie de rester seule. Pas ce soir. Alors je m'étais enfuie, me livrant au soleil couchant. J'avais rejoins des connaissances. M'enivrant avec eux. Je ne tenais pas l'alcool. Ça me mettait toujours la tête à l'envers en quelques secondes. Parcourant mon corps, mon sang. Dictant ma conduite. Me rendant plus stupide que je ne l'étais déjà. Ivre, j'ouvrais les cuisses en un sourire. Putain. Ce que j'étais pathétique. Mais ce soir, ce soir je n'avais pas envie d'être une fois cette abrutie qui se perd dans les bras d'un inconnu. Alors je rentrais. Avec le peu de conscience que je possédais, je rentrais. Perturbée, déséquilibrée. Je pris le temps de m'échapper sous une douche. Calmant cette chaleur qui brûlait ma peau. J'enfilais un boxer, en dentelle. Je ne possédais aucun sous-vêtement sans la moindre dentelle, sans la moindre finesse. C'était à cause de mon métier. Mon goût pour les belles choses, les luxueuses choses. J'attrapais un débardeur, l'enfilais. Puis je tournais sur moi-même, libérant mes cheveux. Je pensais les sécher. Pauvre idiote. Je ne faisais qu'étaler de l'eau partout. M’aspergeant de gouttes. Puis un souvenir me vint. Lino. Il était toujours là. Dans sa chambre. Peut-être dormait-il. Je regardais mon réveil, il était trop tôt pour qu'il soit endormi. Trop tard pour qu'il soit sorti. Souriante, je quittais ma chambre et laissais la pointe de mes pieds me guider vers Lino. Mes doigts tapèrent avec douceur et délicatesse sur sa porte. Je l'ouvris. Et découvris avec plaisir la silhouette de cet homme dont je partageais le quotidien. Il ne m'avait jamais baisé. Jamais. Mais m'avait-il ne serait-ce qu'un jour désiré ? Je l'ignorais. Et j'ignorais si je souhaitais obtenir la réponse. Je lui fis un signe de la main et me laissais tomber sur son lit. Le dos contre son matelas. Mes cheveux s'étalèrent autour de mon corps. Mes mains se déposèrent sur mon ventre, je caressais déjà ma peau. J'observais silencieusement le plafond. Pourquoi étais-je venue ici ? Et pourquoi pas ? J'en étouffais un soupire, dont j'ignorais la raison. "Je m'ennuie" lâchais-je dans un murmure. Consciente que Lino n'en aurait probablement rien à foutre de mes états d'âmes. Qu'importe. J'étais là. Je n'en bougerais pas. J'avais tant de questions en tête. Tant de stupides questions. "Qui suis-je pour toi ?" le questionnais-je avec douceur. C'était l'alcool qui menait mes paroles - quelle belle excuse. Je repliais mes jambes et laissais mon visage tomber sur le côté. Mon regard cherchait à rencontrer le sien. A s'y plonger afin de s'y noyer. Là, je me sentirais bien. Ou du moins, je l'espérais.

_________________
raise me up. encore je plonge, ta voix m’inonde, comment respirer. à contre sens, dans l’ambulance, je te sens tout prêt. ta voix me réveille, comme un goût de ciel, sur ma peau. je te suis. reste près de moi. retiens-moi. je respire encore. reste là, si je retombe, je retombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lino Belo
avatar
INSCRIT(E) LE : 26/06/2014
MESSAGES : 61
AVATAR : lou gaillot.
PSEUDO/PRENOM : sarah, javanaise.

MessageSujet: Re: the last day (nina)   Lun 30 Juin - 12:52


oh, qu'est ce que je donnerais pour te serrer dans mes bras et embrasser ton front, arracher la nuit, te brancher sur mon dos. Je t'emmènerai loin, je te soufflerai partout sur la peau, tu le sentiras, tu te sentiras exactement comme avant.


Un deux trois coups contre le bois. Mon regard se concentre sur le tabac. Il n'y a que la commissure de mes lèvres pour se lever un peu. J'observe furtivement la porte maculé de vieilles photos et souffle un entre, presque silencieux. je joue à l'homme pré-occupé, celui qui n'a pas le temps d'observer sa silhouette, qui songe au lendemain et aux heures de travail qu'il va devoir faire. N'étais-ce pourtant pas déjà le cas ? Mais Nina et sa silhouette balaient toujours tout. Plus rien n'a d'importance lorsqu'elle met un pied dans mon espace vitale. je soupire au soubresaut du matelas et observe les quelques brins de tabac se faire la malle pour un monde meilleur. Nina, délicatesse, Nina, sensualité. Nina se permet tout. Nina je l'aime un peu, beaucoup. Je pince entre mes lèvres le roulé, cherchant à tatillon mon briquet, perdu quelque part entre le draps et mes cuisses. Mes yeux se lèvent sur le corps de la belle étendu à côté de moi. Je me penche un peu, juste assez pour récupérer ce que je veux non loin de ses cheveux. 
— T'es mouillée. Mon lit, est mouillé. je plisse le nez et allume la cigarette. Mes yeux ne la quittent plus. Nina est cent fois plus intéressante qu'un bout de plafond blanc. Elle a l'air bien. Je la pensais dehors, à faire sa belle pour attirer quelqu'un entre ses bras. Elle est pourtant là, à fixer le haut comme si un message divin s'y est inscrit. Je m'ennuie. J'hausse les épaules et détourne le regard, recrachant la fumée vers la fenêtre qui brille encore sous les réverbères. Fallait sortir Nina si tu t'ennuis. Y'a rien d'intéressant à voir ici. Moi aussi, je voudrais avoir le crâne vide au point de m'ennuyer. Je pourrais peut être trouver le sommeil de cette façon. Qui suis-je pour toi ? Sa voix est si douce que j'en oublie la réponse, ne serais-ce qu'un instant.
— T'es mon amie, Nina, ma belle amie. je lance en croisant son regard. Mes lèvres s'étirent doucement et je tente de lui sourire un peu. La cigarette entre mes doigts. Le tabac contre ma langue me détend mais mon coeur bat. Elle est étrange ce soir, Nina. Je ne la comprend pas. C'est le genre de choses qui arrivent une fois tout les 3 mois. Je ne dis pas qu'en règle général, je lis en elle comme dans un livre ouvert mais elle n'a jamais cette expression-là. C'est de la détresse paisible. Ce qu'on accepte mais qui pique toujours un peu. Je tend la cigarette au dessus de son visage et tape mon torse du bout des doigts.
— Viens-là. ça ressemble à un ordre que je réprime aussitôt avec un s'il-te-plait, plus doux. J'en viens à me demander s'il c'est passé quelque chose ce soir. peut être qu'un truc c'est mit à tourner à l'envers à l'intérieur de son crâne. Le ciel est en bas et la terre en haut et Nina n'est plus sur de ce qu'elle est ni de ce qu'elle veut.
— Pourquoi tu me demandes un truc comme ça ? T'as bu Nina ? Je fronce les sourcils et observe ses cheveux qui dégoulinent encore un peu contre sa peau. Elle ne devrait pas, elle ne devrait plus se balader comme ça. Elle est plus belle qu'amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina Gonzaèles
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 29
AVATAR : nina adgal.
PSEUDO/PRENOM : marine.

MessageSujet: Re: the last day (nina)   Lun 30 Juin - 15:06

J'étais là. Trempée. Sur son lit. Fatiguée. Enivrée. Intriguée. Je ne savais pas pourquoi. Pourquoi je me trouvais ici, à quelques centimètres de Lino. Pourquoi j'estimais que sa présence puisse m'apaiser, me ressourcer. J'ignorais tout. J'ignorais tout concernant notre relation. Je la vivais, sans me questionner, jamais. Jusqu'à aujourd'hui. C'était l'alcool qui parlait pour moi, qui m'offrait du courage. Sauf que je n'en avais pas besoin. J'allais le regretter. Tu parles, je n'étais pas habituée à connaître des regrets. J'agissais et considérais toujours que c'était de ma faute, si je possédais des problèmes. Je soupirais, ne cessant pas un seul instant de caresser ma peau dénudée. T'es mon amie, Nina, ma belle amie." Belle. Belle amie. Quelle évidence. J'étais belle, j'étais belle pour tout le monde. N'étais-je donc que ça, une créature sublime, suscitant le désir et l'admiration ? Ne saurais-je donc que ça ? Probablement. Je fermais mes paupières, quittant le seul contact que je possédais avec Lino. L'alcool me possédant m'infligeant des perturbations. Ma tête me tournait avec douceur. Picotait mes organes. M’insufflant une agréable légèreté dont j'avais l'habitude. Il tendit sa cigarette, frappa son corps, captura mon regard. "Viens-là. S'il-te-plaît." "Non" murmurais-je aussitôt dans un souffle presque inaudible. Pardon ? J'en écarquillais moi-même les paupières. Non ? Non Nina ? Je secouais mon visage, repliais davantage mes genoux et reposais mes yeux perdus à la contemplation du plafond nous faisant face. J'avalais avec difficulté ma salive. Non. Je m'étonnais. Vraiment. "Pourquoi tu me demandes un truc comme ça ? T'as bu Nina ?" Je rigolais, nerveusement. "Tu es perspicace, Lino." Puis d'un coup, brusquement, je récupérais la clope qu'il possédait entre les doigts, la glissais entre mes lèvres. Je m'asseyais. Lui offrant comme seule et unique vision de moi mon t-shirt collant ma colonne vertébrale. J'inspirais. Laissait le tabac envahir mes poumons. Je maintenais mon buste grâce à ma main qui était libérée. J'avais soif. Encore. Ma gorge me brûlait. Puis je recrachais la fumée, toussant. J'avais mal tiré. Peu douée. Je toussais, encore. Et encore un peu. Jusqu'à ce que ça passe. "Et j'ai encore envie de boire Lino." Ma parole sonnait comme une demande, une supplication. Je désirais qu'il m'aide. Qu'il s'enivre avec moi. Qu'il m'accompagne dans cette descente vers cette tendre obscurité.

_________________
raise me up. encore je plonge, ta voix m’inonde, comment respirer. à contre sens, dans l’ambulance, je te sens tout prêt. ta voix me réveille, comme un goût de ciel, sur ma peau. je te suis. reste près de moi. retiens-moi. je respire encore. reste là, si je retombe, je retombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lino Belo
avatar
INSCRIT(E) LE : 26/06/2014
MESSAGES : 61
AVATAR : lou gaillot.
PSEUDO/PRENOM : sarah, javanaise.

MessageSujet: Re: the last day (nina)   Mer 2 Juil - 16:32


oh, qu'est ce que je donnerais pour te serrer dans mes bras et embrasser ton front, arracher la nuit, te brancher sur mon dos. Je t'emmènerai loin, je te soufflerai partout sur la peau, tu le sentiras, tu te sentiras exactement comme avant.


Ce n'est pas qu'une jolie fille Nina. Si c'était le cas, elle ne serait pas là. Je n'ai pas beaucoup d’intérêt pour les jolies poitrines qui n'ont que ça. Elle devrait le savoir. C'est la seule fille à pouvoir se glisser dessus mes draps comme si de rien n'était. Pourtant, tendit qu'elle fait vœux de silence, les yeux toujours pendu au plafond, je me demande l'espace d'un instant si elle n'en douterait pas. C'est qu'elle n'a que ça en tête Nina, ses yeux, ses cheveux, son joli corps et les garçons. Elle n'a que ça et je ne dis jamais rien pour l'éloigner de tout ça. Je déteste ça, qu'on parle pour moi. Je déteste ça, qu'on me dise quoi faire et pourquoi. Je me suis toujours dis que ça devait être aussi le cas de Nina, que sa liberté rimait avec une envie furieuse d'aller au delà des choses. L'idée que ça puisse ne pas être le cas semble tordre quelque chose à l'intérieur de mon estomac. je n'aime pas l'hypothèse qu'elle puisse être une fille blessée. Que cette fille-là soit blessée. Alors je soupire et détourne les yeux, le regard perdu sur les draps. Je l'aime quand elle rit. Pas quand elle se tait ainsi. Je tend le bras, ose à peine caresser sa peau du bout des doigts et me ravise soudainement à son non. Perdu. Mille question stationnent au fond de ma gorge sans vouloir en sortir. Mes yeux font le boulot pour moi. Mes sourcils se froncent doucement, je serre entre mes doigts un bout de draps et fixe mes pupilles sur elle. Elle ne dit jamais non à ma tendresse Nina. Décidément, aujourd'hui rien ne va. Je me hâte du prochain soir, du retour de Fausto, de sa voix et de son allure de tout va. C'est triste d'être vraiment bien seulement lorsqu'il est là. Le cigarette quitte mes doigts pour rejoindre la bouche de Nina qui me tourne le dos. Son dos. Comme si j'en avais quelque chose à faire. Qu'est-ce que j'y peux ? Elle veut même pas que je la touche de toute façon. Je n'ai jamais été capable d'aller contre sa volonté.
— Je te comprend vraiment pas ce soir. Il t'es arrivé un truc de mauvais ? Je lance, l'air de rien, l'air de beaucoup quand même. Mon esprit est en fusion. J'ai encore envie de boire Lino. J'inspire doucement et retient la légère critique qui menace de déborder. Elle a déjà trop bu. Mais moi pas assez. Je me lève, réajuste légèrement le seul tissus qui recouvre ma peau et contourne sa silhouette pour lui faire face.
— Je reviens mais arrêtes de me fuir..je déteste vraiment ça. Je lance et sort de la chambre un instant, fouillant les placards à la recherche d'un trésor perdu et entier. Je reviens au bout d'un instant, une bouteille de tequilas à moitié vide dans une main et deux shoots dans l'autre. Demain sera vraiment une longue, terriblement longue journée.
— J'ai essayé de trouver de quoi faire un tequila paf, mais pas moyen. je force une place en face d'elle et dépose la bouteille entre mes cuisses, les shoots tenant dans un équilibre précaire sur le matelas.
— Ça te va ? je lève un shoot plein vers elle et tente de croiser son regard. Mes lèvres semblent dire autre chose. Si on boit, tout ira ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina Gonzaèles
avatar
INSCRIT(E) LE : 27/06/2014
MESSAGES : 29
AVATAR : nina adgal.
PSEUDO/PRENOM : marine.

MessageSujet: Re: the last day (nina)   Dim 6 Juil - 11:34

"Je te comprend vraiment pas ce soir. Il t'es arrivé un truc de mauvais ?" Je ne réagissais pas. Immobile. Moi-même je ne me comprenais pas. Et c'était là mon problème. Qui étais-je, pourquoi ? Je fermais mes paupières, pensive, et me contentais de réclamer de quoi m'enivrer. Encore. Et encore. C'était la seule chose que j'étais capable de faire pour chasser ces pensées stupides. Un brin déstabilisantes mais surtout embêtantes. Elles m'étouffaient. Ces petites connes de pensées. "Je reviens mais arrêtes de me fuir .. je déteste vraiment ça." Du coin de l’œil, je l'observais quitter la chambre. Je me pinçais la lèvre. Arrêtes de me fuir. Refuser sa tendresse signifiait que je le fuyais ? J'en haussais les épaules. Puis j'attrapais du bout de mes doigts ces mèches mouillées qui caressaient ma peau dénudée. Je l'attendais. Tout en me demandant ce qui n'allait pas chez moi. Je devrais probablement oublier, oublier tout ce qui me tracassait pour continuer d'être ce que j'avais toujours été. Celle que tout le monde désirait que je soi. Lino réapparu. Je ne pus m'empêcher d'esquisser un faible sourire. Ah, Lino. "J'ai essayé de trouver de quoi faire un tequila paf, mais pas moyen." Je secouais mon visage, téquila paf ou pas, je m'en foutais. L'effet serait le même. "Ça te va ?" Silencieusement, j'attrapais le verre qu'il venait de me servir. En guise de réponse, je le bus. D'une traite. Esquissant par la suite une légère grimace. J'enfonçais mes doigts dans mes cheveux afin de les glisser tous d'un même côté de ma nuque. Pour finalement récupérer la bouteille, et me servir. Encore. Encore un shooter que je bus d'une traite. "Je n'ai jamais fait l'amour avec des sentiments" lui murmurais-je. Je n'ai jamais aimé ce jeu. Je n'ai jamais souhaité y participer. Puis là, comme ça, d'un coup. Je lui imposais. Mon regard brillant ne cessait de se noyer à travers le sien, cherchant désespérément de quoi se raccrocher. Je souhaitais cesser de penser.   J'attrapais le deuxième verre qu'il avait ramené et le portais à ses lèvres. Je désirais déposer mon autre main contre sa joue. Afin de lui offrir une douce caresse, du bout de mes doigts. Mais non. Je me retenais. "Bois" soufflais-je. Juste pour savoir. Juste pour savoir si j'étais cette unique personne à n'connaître que ça. Que des coups de reins. Sans passions. Sans rien. Juste du sexe. Juste des relations brutes. Éphémères. Putain, Nina. C'est quoi ton blocage là, c'est quoi ton problème.. Réveilles-toi. Tu t'enfonces. Et tu risques de te relever avec difficultés.

_________________
raise me up. encore je plonge, ta voix m’inonde, comment respirer. à contre sens, dans l’ambulance, je te sens tout prêt. ta voix me réveille, comme un goût de ciel, sur ma peau. je te suis. reste près de moi. retiens-moi. je respire encore. reste là, si je retombe, je retombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the last day (nina)   

Revenir en haut Aller en bas
 

the last day (nina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chambre de Nina et Marina - Une autre personne veut nous rejoindre ? :)
» NINA PETITE X FOX F - 2 ANS SPA ETANG BLEU VERDUN 55
» (Terminé)~ Bon, on y va [PV:Nina|Capture] ~
» NINA Ҩ And the tears stream down my face
» Felicie ____ Ft Nina Dobrev [ En Construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LISBONNE :: ALFAMA :: les logements-